Quelles sont les aides auxquelles j’ai droit pour mes travaux d’économies d’énergie ?

Economies d'énergie
Les travaux pour une plus grande efficacité énergétique évitent de gaspiller l’air chauffé et sont en outre bons pour l’environnement. Avantageux à long terme, ils sont toutefois coûteux à entreprendre. Pour surmonter cet écueil, l’État propose aux particuliers des coups de pouce financiers ad hoc.

Un plan volontariste et ambitieux

C’est en janvier 2018 que le gouvernement a lancé son grand « plan de rénovation ». Ce programme inclut un soutien financier qui peut prendre diverses formes. Parmi les dispositifs les plus connus, « MaPrimRenov’ » se distingue. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une gratification et elle est forfaitaire. Cette prime sert à financer des travaux énergétiques et se calcule sur la base de deux données. Tout d’abord, il est tenu compte des revenus du propriétaire résidant sur place. Ensuite, le gain écologique lié aux travaux prévus doit être manifeste, qu’il s’agisse d’une rénovation du système de chauffage, d’une meilleure isolation ou ventilation. Cette aide est versée par l’ANAH (agence nationale de l’habitat) lorsque les travaux débutent. Ce coup de pouce ne concerne que les propriétaires occupants modestes. La rénovation énergétique doit être réalisée par un artisan RGE (reconnu garant de l’environnement) ou doté de la « qualification chantier ».

Des aides indirectes mais avantageuses

Un coup de pouce fiscal peut s’avérer intéressant comme déclic pour une rénovation énergétique chez soi. Les travaux éligibles au dispositif MaPrimRenov’ bénéficient d’une remise sur la TVA, alors réduite à 5,5 %. Pour les propriétaires, qu’ils soient occupants ou bailleurs, la taxe foncière peut être réduite. Il faut pour cela que l’habitation ait été achevée après le 1er janvier 1989. Un autre type de soutien financier existe, d’ordre bancaire, concrétisé par les prêts « économies d’énergie ». Parmi ces emprunts destinés à payer la facture de travaux de rénovation énergétique, l’éco PTZ se révèle très intéressant. Il s’agit d’un prêt à taux zéro qui permet d’emprunter de 7000 à 30 000 euros. Le montant accordé dépend des travaux effectués au domicile. Ces prêts peuvent donc devenir des aides pour changer de chaudière, avec un modèle utilisant les énergies renouvelables par exemple.

D’importantes économies à la clé

Une aide pour faire des travaux d’économie d’énergie, directe ou sous forme de déduction fiscale, réduit dans un premier temps la facture réglée au professionnel RGE qui intervient chez vous. Par ailleurs, la consommation d’énergie diminue aussi la note de chauffage à plus long terme. Le gain écologique fourni par une meilleure isolation s’accompagne d’une suppression des ponts thermiques : fini le gaspillage d’air chauffé ! Les logements individuels ne sont pas les seuls concernés par ces travaux bénéfiques à plusieurs égards. L’habitat collectif est également le cadre de potentielles économies d’énergie. Pour une rénovation énergétique de copropriété, tout commence par un bilan afin de détailler la consommation du lieu. Ensuite vient le stade de l’audit qui propose, suite à ces constatations, différents travaux à même d’améliorer l’efficacité énergétique de la copropriété. 

Urgence et dépannage de serrurerie à Ath
Comment utiliser une scie circulaire ?